HOME Guide de voyage Voyage de bon sens
img

Torres del Paine W Trek // Patagonie

C'est possible, avec le bon budget, loger dans les hôtels ou lodges qui jalonnent chaque étape du circuit – proposer des lits, douches, magasins généraux, et même des bars et des réfectoires, mais les réservations doivent être garanties des mois à l'avance. Pourtant, la plupart des gens ne vont pas au bout du monde pour se détendre et il y a beaucoup de terrains de camping le long du chemin, beaucoup ont accès à des toilettes publiques et à des abris collectifs pour la préparation des repas. Le parc Torres del Paine est une réserve mondiale de la biosphère de l'UNESCO, l'administration du parc insiste donc sur le fait que tous les randonneurs doivent minimiser leur impact sur le terrain et, plutôt que de camper sauvagement, il y a des "campings sauvages" - beaucoup plus petits, sites sans pilote, pas connecté à des refuges. Les risques environnementaux posés par les randonneurs inconsidérés sont considérables, comme je le découvrirai plus tard.

Le W serpente à travers un paysage majestueux sur environ 60 km et prend 4 à 5 jours - un calendrier qui permet également des retards causés par des conditions météorologiques irrégulières. Selon votre rythme, vous devriez prévoir une randonnée d'environ 5 à 10 heures par jour. Si vous vous en tenez à la piste, les randonneurs confirmés trouveront la difficulté du terrain moyenne, mais la météo capricieuse et le niveau d'endurance requis aggravent la difficulté, le rendant parfois même dangereux. J'ai choisi de marcher d'ouest en est, en quittant les célèbres Torres del Paine, ou Tours de Bleu, d'où le parc tire son nom, pour la dernière matinée.

Jour 1 :Lago Pehoé au Glacier Grey

La première étape du sentier est atteinte en traversant le Lago Pehoé, un lac d'un turquoise si vibrant que les gens se pressent à l'arrière du catamaran sur lequel je me tiens, paralysé par la crainte que sa teinte surréaliste tisse. De minuscules particules de limon, formé par l'érosion glaciaire qui se met en suspension dans les eaux de ruissellement, rendre le lac trouble et lui donner une couleur turquoise, connu sous le nom de « lait glaciaire ». Une fois que mon regard méditatif vers le bas est brisé, Je lève enfin les yeux :au-dessus du Lago Pehoé se dresse le Macizo del Paine, le massif central du parc. Le massif s'est formé à l'origine lorsque le magma volcanique s'est refroidi, se transformer en granit. Au fil des millénaires, couches de sédiments comprimées sur la roche et, alors qu'une immense pression géologique forçait les formations vers le haut, les glaciers ont reculé, découpant les sédiments plus mous et formant les tours gigantesques que nous voyons aujourd'hui. Bien qu'apparemment tous les phénomènes géologiques du parc puissent être expliqués par la science, il y a toujours le sentiment inébranlable que ce que vous voyez ne pourrait être possible que grâce à la magie.

Après avoir atterri sur la rive opposée, plein d'énergie et d'optimisme, nous partîmes pour le glacier Grey. La première heure environ de ce sentier est assez plate, mais au fur et à mesure que la marche avance, il fluctue en altitude le long d'une crête rocheuse qui contourne Lago Grey. Cette étape ne devrait prendre que 4 heures environ, et environ à mi-chemin - s'il n'y a pas trop de vent - vous pouvez marcher sur une corniche au Mirador Grey, où vous verrez le glacier se profiler sur la rive nord du lac. Le glacier Grey fait partie du champ de glace de Patagonie méridionale, qui longe le sud des Andes, entre l'Argentine et le Chili. C'est la troisième plus grande calotte glaciaire au monde, après l'Antarctique et le Groenland, et au cours de la dernière période glaciaire, il couvrait tout le sud du Chili. Pendant que je suis perché sur le mirador, émerveillé par cette pensée, un coup de vent belliqueux me renverse. Les vents implacables en Patagonie sont notoirement dangereux, connu pour atteindre même 180 km/h. Tristement, selon un guide local, il y a eu cinq morts le long du circuit W en 2012. Si un vent fort se lève au mauvais moment, il peut vous expulser de la montagne.

Tôt ce soir-là, nous atteignons le Refugio Gray et installons notre tente sur les terrains de camping adjacents. Sans le fardeau de nos packs, nous courons vingt minutes au nord pour inspecter le glacier de près. Ce sprint final d'endurance est contrasté par l'immensité et la grandeur du glacier Grey devant nous.

Jour 2 :Du Glacier Grey au Lago Pehoé

S'étant émerveillé de notre bonne fortune pour un tempéré, premier jour calme, Je me réveille le lendemain matin avec un orage. Le meilleur conseil à tous ceux qui parcourent le W est de se résigner au fait que vous serez mouillé. Même le meilleur équipement imperméable ne vous sauvera pas. Soyez intelligent, mais ne stresse pas. Prenez des sacs en plastique supplémentaires pour emballer les vêtements ou les appareils électroniques à l'intérieur de votre sac. Nous démontons rapidement notre tente et attendons sous un enclos jusqu'à ce que la pluie tombe.

Au bout de vingt minutes nous avançons et, environ une heure après le début de notre randonnée, le soleil perce et atténue le froid humide, nous donner un nouvel élan d'énergie. Revenant par où nous sommes venus, vers le lac Pehoé, Je remarque des choses que je n'ai jamais vues la première fois, y compris des chutes d'eau se déversant sur des falaises au loin. De l'un des nombreux affluents, nous nous arrêtons pour remplir nos cantines. Contrairement à l'eau en bouteille, l'eau en Patagonie n'est pas « purifiée, " plutôt, c'est pur. Ce goût de pureté n'est pas l'absence de saveur, mais – et je le dis sincèrement – ​​un goût de fraîcheur authentique.

Alors que le soleil se couche sur nous, on s'arrête pour enlever des couches de vêtements, et je remarque de grandes étendues d'arbres morts, debout comme des squelettes calcinés, jonché parmi le paysage autrement vierge. Si une étincelle est captée par l'horrible vent de Patagonie, des milliers d'arbres brûlent en quelques minutes. Grâce aux énormes incendies de 1985, 2005, et 2011 – causés par inadvertance par des touristes – le bureau du parc a interdit les feux de camp. La cuisine n'est autorisée qu'au moyen de petits réchauds de camping, qui doit être protégé du vent par une enceinte.

Au moment où nous regagnons les rives du Lago Pehoé, un épais brouillard s'abat, obscurcissant le Macizo del Paine, et il recommence à pleuvoir. Nous sommes censés continuer jusqu'au prochain camping, Campamento Italiano, mais comme c'est dans le bassin d'une vallée, ça va inonder. On change de plan, accroupissez-vous, et avons plutôt installé notre tente sur les rives du Lago Pehoé. Il se trouve que c'est le réveillon du Nouvel An, et ainsi nous sommes rejoints par un groupe fortuit d'étrangers, qui se sont également rassemblés dans un enclos au refuge pour échapper au vent et à la pluie.

Jour 3 Lago Pehoé à Valle Francés :

Le troisième matin, nous nous réveillons avec un temps plus clément et passons les prochaines heures à marcher jusqu'au camping Italiano avec le soleil sur le dos. Lors d'une randonnée dans le parc, de nombreux voyageurs peuvent trouver un régal caché :les baies de calafate. Un guide local dit que c'est une tradition que "quiconque mange une baie de calafate est sûr de retourner en Patagonie" et avec un large, sourire complice, il m'offre une palme pleine de fruits sucrés. Après des heures de marche, le long d'un sentier plat, nous nous approchons du camping Italiano. Mais d'abord, nous devons traverser le Rio del Francés, une rivière en cascade et perfide. Seules deux personnes peuvent marcher sur le pont suspendu à la fois, alors nous traversons lentement, deux par deux. De l'autre côté du pont, je vois le camping, niché dans une forêt d'arbres lenga massifs.

Une fois que nous avons déposé notre équipement et installé le camp, nous commençons notre ascension dans la Valle del Francés, la partie médiane du W. Une grande partie du terrain et de la flore trouvée dans cette partie du sentier est similaire à celle du nord-ouest du Pacifique. Les bâtons de randonnée s'avèrent essentiels pour maintenir l'équilibre lorsque nous sautons de rocher en rocher, traverser plusieurs rivières. Bien que vous n'ayez peut-être jamais tout à fait à faire du rock, cette étape du sentier est peut-être la plus proche de celle-ci. Vous devrez utiliser vos mains pour vous hisser sur des rochers ou pour maintenir l'équilibre, tout en marchant le long des rebords.

Le sentier serpente le long d'une cascade massive qui alimente le Rio del Francés, les deux proviennent des montagnes enneigées qui attendent devant vous. Cette partie du sentier demande le plus d'attention. Je suis dans mon groove de trekking maintenant, me concentrant sur chaque pas que je fais. Mais ma transe est interrompue lorsqu'un autre randonneur s'exclame :"Avez-vous entendu que?!" Nous faisons une pause et j'entends de la glace tomber du Paine Grande devant nous. Heureusement, nous ne sommes pas en danger. Je sprinte à travers un chemin de terre venteux obstrué par des branches et des pierres massives, jusqu'à ce que j'atteigne une clairière où je suis à nouveau en admiration devant la beauté de cet endroit. Entouré par la Paine Grande (3, 050m d'altitude), avec les tours de Cuernos de l'autre côté, et un lac aigue-marine ci-dessous, Je suis insignifiant – juste un petit point au milieu d'un terrain formidable. Se tenir à cet endroit de la Valle del Francés, c'est comme être au centre d'un magnifique panorama cinématographique. Vous êtes enveloppé par une symphonie de sons - la cascade rugissante, le vent lourd et l'abîme, vibrations gutturales qui résonnent autour de vous et qui signalent une avalanche. En Patagonie, on vous rappelle constamment que la terre est vivante et, dans certains cas, on a l'impression qu'il pourrait vous avaler tout entier. "Voir!" Quelqu'un pointe du doigt une avalanche que je peux à peine voir. Au moment où le son m'atteint, c'est déjà arrivé. Nous continuons jusqu'à la montagne jusqu'à un autre point de vue, serpentant à travers (ce qui ressemble à) une forêt enchantée, plein d'arbres mammouths noueux, branches tordues, et le vent grince contre mon visage. Juste alors, quand je doute que la nature ait d'autres merveilles à révéler, il commence à neiger.

Jour 4 :Campamento Italiano à Campamento Las Torres :

C'est le quatrième jour de notre trek W, et aujourd'hui, nous couvrons le plus de terrain en une seule journée – près de 27 km. Heureusement, c'est la plus belle journée que nous ayons connue à ce jour :ensoleillée et chaude, avec une douce brise. Plus tard dans la soirée au camp, Je vois une pancarte clouée sur la cabine du garde forestier :« NE DEMANDEZ PAS LA MÉTÉO AUJOURD'HUI. C'EST LA PATAGONIE. NOUS NE SAVONS PAS." Tout au long de notre voyage, nous expérimentons la pluie, neige, et un soleil brûlant, certainement le même jour, et parfois à quelques instants d'intervalle. Nous venons accueillir le défi, même son arbitraire, et nous apprécions la bénédiction du beau temps, quelle que soit sa durée.

Cette étape du sentier nous mènera à la base des Torres del Paine, mais nous devons d'abord marcher le long du Lago Nordenskjöld, autour de la base du mont Almirante Nieto, jusqu'à Valle Ascencio, et vers le campamento Las Torres. Cette partie du trek comprend tout type de terrain :rivages rocheux, terre aride avec de la poussière et des pierres, forêts d'arbres lenga, et de vastes prairies dorées. Alors que nous atteignons le sommet d'une pente, nous tournons un coin et voyons l'immense vallée de l'Ascencio en contrebas. Au loin je repère des gens, minuscule comme des insectes, randonnée vers où je suis maintenant. Notre guide local me regarde avec impatience. "Incroyable, non?" Il rit. Je reste là sous le choc. Non seulement je vois ces minuscules spécifications au loin et je pense "Je dois encore y arriver, " mais je pense aussi à ces pauvres âmes au loin derrière moi, du mal à se frayer un chemin jusqu'où je suis maintenant. Nous poursuivons, et deux heures plus tard, arrivée au camp. Ce soir-là (même si vous ne sauriez jamais que c'était le soir avec les 18 heures d'ensoleillement de la Patagonie), plusieurs randonneurs se rassemblent sous un seul enclos. Épuisé physiquement, nous nous trinquons avec de la bière et du vin, que nous avons transporté dans nos sacs pour ce moment même. Nous avons presque terminé le W, et le dernier obstacle à vaincre – les Torres del Paine – nous attend au matin.

Jour 5 :Les Torres del Paine :

Nous nous réveillons à 4h du matin et commençons la randonnée d'une heure dans le noir, le long d'une pente rocheuse. Avec quelques minutes avant que l'aube ne se lève à l'horizon, Je dois atteindre le sommet de ce sommet où, Si je suis chanceux, Je verrai l'un des panoramas les plus évocateurs et légendaires de la planète :les Torres del Paine, au moment précis où le soleil frappe les cimes. Je vois de faibles reflets d'or rose sur les pierres devant moi et je commence à avancer plus vite. je suis littéralement, course du soleil. Quelques instants après m'être hissé au-dessus d'un rocher géant, et, alors que je reprends mon souffle, le soleil traverse l'horizon déclenchant un feu de lumière sur les sommets des montagnes. La lumière du soleil coule sur le côté des tours comme de la lave.

Tout ce voyage peut se résumer en un mot :grandeur, à la fois externe et interne. Il y a, bien sûr, l'immensité et la majesté du paysage, mais aussi le choc de mon endurance personnelle face aux caprices de la météo et aux limitations de mon propre corps. En Patagonie, non seulement je me rappelle que la terre est vivante, mais moi aussi je suis exalté et je me sens vivant.

Alors que je contemple cette pensée larmoyante, le soleil s'enfouit sous une série de nuages ​​de couleur myrtille. Un jeune homme, qui est assis sur un rocher à quelque distance, s'approche de moi et dit quelque chose qui, était-il dit par un étranger chez lui à New York, s'est peut-être senti mal à l'aise, mais ici, c'est réconfortant. « N'est-ce pas quelque chose de beau que nous venons de vivre ensemble ? » il demande. Aussi effrayant que le monde soit parfois, nous avons le privilège d'en ressentir la beauté, aussi fugace qu'elle puisse être.



Notes de voyage
  • Sites emblématiques. Lharmonie et la mélodie de la musique authentique des Appalaches. Des plats locaux aux saveurs incroyables. Les Rivière New/Vallée Greenbrier il a tout, et bien quil faudra certainement plus de 48 heures pour tout essayer, un week-end est plus que suffisant pour vous aider à démarrer. Jour 1 Commencez votre aventure dans la charmante ville de Fayetteville . Situé à quelques minutes de lemblématique pont de New River Gorge, Fayetteville regorge daventures. Dinnombrab

  • La maison de lecture Chattanooga, Tennessee Classique, $$ (179 $) Ni inondation, ni le feu, ni faillite, ni la guerre, ni équipage de démolition, ni ghost na mis fin à lhospitalité (173 ans et plus) offerte à lOld Crutchfield House, maintenant la maison de lecture, à Chattanooga, Tennessee. Lune des hôtelleries les plus renommées au sud de la ligne Mason-Dixon (vers 1847), cet endroit les a tous satisfaits - des politiciens aux célébrités en passant par les gangsters, et même récupérer des s

  • BRISTOL, Angleterre – Existe-t-il une loi interdisant de photographier les graffitis et le street art ? La question ma traversé lesprit lorsque deux policiers mont approché dans une rue de Bristol, Angleterre, et ma demandé ce que je photographiais. Graffiti, Jai dit, en soulignant la figure. Cest un petit vampire. La minuscule œuvre dart avait été peinte à côté dune entrée latérale de leur poste de police dans un geste plutôt audacieux de la part de lartiste. Je navais pas remarqué exactem